Rechercher

"ON A DÉSENSIBILISÉ LES GENS À LA VIOLENCE"

« On a désensibilisé les gens à la violence »... Cette phrase prononcée par Idriss Aberkane au cours d'un entretien a résonné très fort avec ce que je ressens. Oui, c’est exactement ça. J’ai déjà écrit un post récemment sur ce thème: cette augmentation de notre tolérance à la violence que je trouve extrêmement préoccupante. Les hypersensibles, dont je fais partie et qui représentent officiellement 25% de la population, ont une faculté (et non pas un défaut ou une faiblesse) à tout percevoir et ressentir de façon exacerbée.

Oui, ceci est bien une faculté, une aptitude et non un dérèglement ou un handicap: en effet, nous recevons cette violence comme une véritable agression, comme quelquechose qui n’est pas normal. Qui n’est pas tolérable.

Et comme je l’écrivais dans mon précédent article, la violence peut prendre des formes extrêmement subtiles auxquelles nous devons être très vigilants.


C'est pourquoi je perçois de plus en plus l’hypersensibilité comme une gardienne, un garde-fou, un radar qui alerte sur les situations qui ne sont pas ou plus tolérables car trop violentes. Qui invite à agir en créant des systèmes plus bienveillants, plus doux, plus beaux, plus joyeux, plus harmonieux, plus respectueux…et qui contribue ainsi à changer le monde.

Les hypersensibles, en dépit de leur grande capacité d'adaptation, sont certainement des empêcheurs de tourner en rond, des petits poils à gratter, des grains de sable dans des systèmes bien huilés mais devenus obsolètes et mortifères…Ils sont surtout des éclaireurs.

J’écris ceci comme un témoignage pour tous ceux qui se sentent en décalage et donc très seuls dans cette société qui leur demande d’être un carré même lorsqu’ils sont une pâquerette ou un accent circonflexe... On ne demande pas au rouge d’être bleu. On ne demande pas à une fleur d’être un oiseau. On ne demande pas au bois d’être du métal. Chacun apporte au monde le cadeau de la nature même de ce qu’il est. Alors pourquoi cela devrait-il être différent avec l’être humain? C’est d’une violence inouïe d’exiger d’un enfant, d’une femme, d’un homme, d’être autre que ce qu’il est, lui faisant alors croire qu’il est une erreur. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Et oui, c’est extrêmement violent.

Alors…qui que vous soyez, je vous invite non pas à "réfléchir à" mais à "ressentir" qui vous êtes. Votre nature profonde. Je vous invite à explorer vos besoins, au-delà de vos envies. Vos besoins. Personne ne sait mieux que vous ce dont vous avez besoin, ce qui vous fait vibrer ou ce qui vous éteint...

Bien sûr, vous pouvez être accompagné(e) pour cela, pour vous mettre sur la voie. On n’a tellement pas l’habitude de s’écouter vraiment…

Mais ne laissez personne définir vos besoins à votre place. Faites-vous confiance. En chacun de nous, il y a un endroit qui sait ce qui est bon pour soi…et ce qui ne l’est pas. Nous souffrons de nous être tellement éloignés de qui nous sommes véritablement. Et c’est si vertigineux que nous n’osons pas regarder alors que c’est précisément là que se trouve notre plus grande richesse, notre plus grande liberté…


Prenez soin de vous. Mais vraiment…Prendre soin de soi, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire, car alors on se donne de l’amour…

N’oublions pas que la plus grande violence est celle que nous nous infligeons, en premier lieu, à nous-mêmes.

Et souvenons-nous que là où est l’amour, la violence n’est pas…



24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

2021!