Rechercher

UNE MINUTE...

Dernière mise à jour : 21 nov. 2020

N'y allons pas par quatre chemins: il va maintenant falloir se remettre vraiment en question.

Car enfin, jusqu'où va-t-on devoir aller dans la violence pour dire STOP?

Je parle de toutes les formes de violence parce qu'elle s'est immiscée absolument PARTOUT.

Et de manière aussi outrageuse que subtile.

Combien de fois tolère-t-on l'intolérable à coups de "allez, ça va, c'est pas grand-chose" alors que NON, ça ne va pas. Ça ne va pas DU TOUT. Mais on tolère, encore et toujours plus.

On se coupe. On s'anesthésie. Et on tolère.

On tolère dans notre corps. On tolère dans notre entreprise. On tolère dans notre société. On tolère dans notre monde. Alors que non, ça ne va pas du tout.

À force de repousser toujours un peu plus nos limites, on ne se rend même plus compte à quel point notre seuil de tolérance à la violence est terriblement élevé.

Bien sûr, on va me dire que je suis trop sensible. Mais non, je ne suis pas TROP.

La différence est que, comme un certain nombre d’entre nous, j'ÉCOUTE ma sensibilité parce qu'elle me dit TOUT. Parce que j'ai fini par me rendre compte qu'elle était toujours là pour me signaler l'intolérable. Elle me rend sacrément service finalement...

Alors, si on se branchait sur notre sensibilité, sur nos valeurs, sur nos aspirations profondes, sur nos sens, sur ce qui nourrit VRAIMENT nos BESOINS?

Si on respirait?

Si on prenait le temps, même juste une minute?

Est-ce qu'il est normal de ne même pas (pouvoir) s'accorder une minute pour respirer, en conscience? Est-ce que ce n'est pas violent ça, par exemple?

Une minute pour...juste...reprendre son souffle...

Il y a tant à faire. Si on commençait...là, tout-de-suite, maintenant?

Une minute...


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout